28/02/2007

Quelques chiffres à méditer.

Quelques chiffres à méditer...

 

Selon un rapport du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD):

 

*       Les 3 personnes les plus riches du monde sont aussi riches que les 48 pays les plus pauvres.

*       Les avoirs des 84 personnes les plus riches dépassent le produit intérieur brut de la Chine avec ses 1,2 milliards d'habitants.

*       Les 225 personnes les plus riches disposent d'une fortune équivalente au revenu annuel cumulé des 47% d'individus les plus pauvres de la planète, soit plus de 3 milliards de personnes.

 

Selon le même organe des Nations-Unies, il suffirait de moins de 4% de la richesse cumulée de ces 225 plus grosses fortunes mondiales (évaluées à plus de 1000 milliards de dollars) pour donner à toute la population du globe l'accès aux besoins de base et aux services élémentaires: santé, éducation, alimentation.

 

Rapport ONU - PNUD 1998 - disponible chez Economica, 49, rue Héricart, 75015 Paris

 

Autres chiffres:

 

*       122 entreprises sont à l'origine de 80% de toutes les émissions de dioxyde de carbone

*       Pour sa fabrication, un yacht de luxe nécessite 200.000 heures de travail, soit 96 années de travail d'une personne (8 heures par jour, 5 jours sur 7). Ainsi, avec ce qu'il gagne en quelques jours, un milliardaire peut s'approprier la vie entière d'un autre être humain.

*       Aux Etats-Unis, les 100 plus importants PDG gagnent chacun en moyenne 1000 fois plus que leurs salariés "ordinaires"

*       La fortune personnelle de Bill Gates (50 milliards de dollars) est égale à la fortune cumulée des 106 millions d'Américains les plus pauvres...

*       Le budget militaire américain de la seule année 2004 a été de 480 milliards de dollars, ce qui représente une dépense de 27.342 dollars par heure depuis la naissance du Christ.

*       En 2002, George W. Bush a décidé une hausse des dépenses militaires de 40 milliards de dollars.

 

Cette seule augmentation du budget militaire américain représente exactement la somme qui serait nécessaire pour résoudre définitivement le problème de la faim dans le monde (selon les estimations de l'ONU).

 

 

25/02/2007

Hommage

A mon père, .....

Ce brave homme, .....

..... Qui vient de partir!

 

11:39 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/02/2007

Les mensonges du libéralisme!

Les mensonges du libéralisme

(Sylvain Timsit)

 

"Le libéralisme, c'est plus de choix et des meilleurs prix pour le consommateur"

 

FAUX: Selon le dogme libéral lui-même, le libéralisme ne peut fonctionner que si il existe une concurrence suffisante de l'offre. Or dans les faits, le capitalisme libéral tend vers la concentration et la formation de monopoles qui éliminent toute concurrence, réduisent le choix du consommateur et font monter les prix (ou baisser la qualité).

Dans le domaine des services publics comme la distribution d'eau, la poste, ou les chemins de fer, leur privatisation s'est toujours traduite par une augmentation des coûts pour l'usager, une diminution du service, et une réduction des investissements dans l'entretien des infrastructures. Un exemple parmi d'autres: dans les années 90, le FMI et la Banque mondiale ont obligé les Philippines à privatiser la gestion de l'eau. Au début, les prix ont baissé de 20%, une baisse utilisée par la propagande libérale pour démontrer l'utilité des privatisations. Mais 10 ans plus tard, le prix de l'eau a été multiplié par 5.

Quant aux systèmes de retraites privés (les fonds de pension), ils consistent à priver les salariés de toute sécurité, en les livrant aux incertitudes de la gestion des organismes financiers. En cas de faillite de ces derniers, les salariés se retrouvent sans retraite malgré des années de cotisation. C'est ce qui s'est passé aux Etats-Unis en 2002 avec la faillite d'Enron.

 

 "Le libéralisme, c'est le libre-jeu du marché"

 

FAUX: Toujours selon le dogme libéral, le libre-jeu du marché nécessite la transparence du marché et de l'information.

En réalité, à cause des pratiques d'opacité et de l'inégalité dans l'accès à l'information, le consommateur ne peut choisir en connaissance de cause.

 

"La croissance crée des emplois"

 

FAUX: La croissance crée des emplois dans un premier temps, mais elle sert surtout à financer les "restructurations" et les délocalisations. Au bout du compte, elle détruit davantage d'emplois qu'elle n'en crée.

 

 "Seul le marché est apte à déterminer le juste prix des matières premières, des devises, ou des entreprises"

 

FAUX: Les marchés sont essentiellement guidés par la spéculation et la recherche du profit à court-terme. Les fluctuations des cours sont souvent irrationnelles, excessives, et soumises à la manipulation. Ces oscillations excessives des cours sont destructrices, provoquant ruines et faillites dans l'économie réelle. Mais dans le même temps, ces oscillations sont aussi génératrices de profit pour les spéculateurs. Encore le principe des vases communicants…!

 

 "L'entreprise crée des richesses. Elle est la source de la prospérité des pays et de leurs habitants"

 

FAUX: le plus souvent, les entreprises ne créent pas de richesses, car la valeur créée est inférieure aux coûts réel des ressources utilisées ou détruites, si on prend en compte le coût environnemental et humain, ainsi que le coût réel des matières premières non-renouvelables.

Le "profit" des grandes entreprises est en réalité prélevé sur la nature, saccagée par l'exploitation, l'urbanisation et la pollution, ou "vampirisé" sur d'autres acteurs économiques:

- sur les salariés qu'on aura licenciés pour économiser des coûts ou "augmenter la productivité", ou dont on aura réduit la rémunération ou la protection sociale.

- sur les consommateurs qui doivent payer plus pour une qualité ou une quantité moindre.

- sur les fournisseurs (en particulier sur les producteurs de matières premières minières ou agricoles)

- sur d'autres entreprises dont on aura provoqué la faillite par des pratiques déloyales, ou qui sont rachetées pour être ensuite dépecées, vendues par morceaux, et dont les salariés sont transformés en chômeurs.

- sur les populations du Tiers-Monde qui ont été spoliées de leurs terres et de leurs ressources, et qui ont été réduites en esclavage, obligées de travailler dans les mines ou les "ateliers de la sueur" des entreprises transnationales, ou pire encore, obligées de servir de cobayes à l'industrie pharmaceutique, ou de vendre leurs organes (le plus souvent un rein ou un oeil) qui seront ensuite greffés à des malades fortunés. (le prix payé pour le prélèvement d'un rein va de 20.000 euros en Turquie, à seulement 800 euros en Inde)

 

"La mondialisation profite à tous"

 

FAUX: Entre 1992 et 2002, le revenu par habitant a chuté dans 81 pays. Dans le Tiers-Monde, le nombre des "extrêmement pauvres" a augmenté de près de 100 millions.

L'écart des salaires s'est également creusé de manière fantastique. Prenons l'exemple d'une ouvrière chez un sous-traitant asiatique de Disney qui fabrique des vêtements à l'éffigie de Mickey pour les consommateurs occidentaux. Cette ouvrière travaille dans un "atelier de la sueur", 14 heures par jour, 7 jours sur 7, sans aucune protection sociale, sans droit de grève, le tout pour un salaire horaire de 0,28 dollars. Dans le même temps, le salaire horaire du PDG de Disney est de 2800 dollars, soit 10.000 fois plus.

Les 225 personnes les plus riches du monde cumulent un patrimoine global de 1000 milliards de dollars, l'équivalent du revenu annuel des 3 milliards de personnes les plus pauvres de la planète, soit 47% de la population mondiale. La fortune additionnée des 84 personnes les plus riches dépasse le produit intérieur brut de la Chine avec ses 1,2 milliard d'habitants.

En 2002, 20% de la population mondiale accapare 80% des richesses, possède plus de 80% des voitures en circulation et consomme 60% de l'énergie, tandis que le milliard d'habitants les plus pauvres se partagent 1% du revenu mondial.

 

"Le libre-jeu du marché crée par lui-même les conditions de l'équilibre"

 

FAUX: Le libre-jeu du marché produit l'équilibre uniquement en moyenne sur une longue période. En réalité, il oscille en permanence autour de l'équilibre, et ces oscillations sont brutales et destructrices. Une économie libérale entraîne un environnement économique instable qui prive les individus de toute sécurité, les obligeant à s'adapter sans cesse aux aléas de la conjoncture et aux "restructurations économiques".

Or comme toute vie biologique, l'être humain a besoin d'un minimum de stabilité de son environnement. Le libéralisme est donc contraire à l'homme et à la vie dans son ensemble, le libéralisme ayant aussi pour conséquence l'exploitation sauvage de la nature et la pollution généralisée de l'écosystème.

 

 "Le libéralisme est le seul choix possible, sous peine de s'isoler du Monde"

 

FAUX: Certes, un pays cours le risque d'une délocalisation accrue des entreprises si il ne va pas dans le sens de leurs désirs. Du fait de la mondialisation, les salariés occidentaux sont désormais en concurrence avec les salariés de l'Inde ou de la Chine, y compris pour des emplois qualifiés dans le tertiaire ou les secteurs technologiques. Tant qu'il y aura le moindre profit à réaliser en délocalisant, les entreprises iront au plus offrant, dans le pays où elles trouvent les lois sociales et environnementales les moins contraignantes.

Mais si il en est ainsi, c'est parce que nos gouvernements se sont entendus pour créer ces conditions, en appliquant simultanément dans tous les pays les déréglementations prônées par l'idéologie libérale. Ils ont réalisé la mondialisation uniquement dans un sens favorable aux entreprises, sans la contrepartie d'une mondialisation au niveau des lois de protection sociale et environnementale. La mondialisation néolibérale est résolument dissymétrique.

D'autre part, cette absence apparente de choix revient de fait à une dictature des entreprises. Accepter cette dictature, c'est renoncer au pouvoir souverain des Etats et des représentants élus du Peuple. C'est donc renoncer à la démocratie, et accepter à terme un esclavage généralisé.

 

Sylvain Timsit

© Syti.Net 2003

 

22:11 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Médiamensonges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : verite, socialisme, social, liberalisme, capitalisme, communisme |  Facebook |

22/02/2007

Liens vers mes autres blogs.

N'oublies pas, camarade, d'aller également visiter mes autres blogs, clones de celui-ci:

Références des blogs

http://marxiste-leniniste.skynetblogs.be/

http://fr.360.yahoo.com/alainp17

http://www.solidaire.over-blog.com/

Pourquoi avoir fait plusieurs blogs, qui parlent sensiblement de la même chose?

  • Tout simplement parce que tout visiteur ne va pas systématiquement voir dans les archives, et donc, la multiplicité offre plusieurs vies aux textes intemporels.
  • Bien souvent à chaque visite, nous voyons tous ce qui figure en première page, et pas le reste, qui pourtant peut être d'une richesse certaine, la multiplicité des blogs permet de lire plusieurs "première page" en même temps.
  • Et puis surtout, plus il a de blogs, plus on leur en met plein la vue, à ces fachos-bourgeois-capitalistes pourris!! Qu'ils trembent, sous leurs liasses de billets et d'actions, LES ROUGES REVIENNENT!

12:30 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Web | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : blogs, liens, social, socialisme, communisme |  Facebook |

20/02/2007

Le seuil de pauvreté.

16 % des Européens vivent sous le seuil de pauvreté

L’investigateur ; 20 fév. 2007

 

En 2004, 16 % des Européens vivaient sous le seuil de pauvreté, fixé à 60 % du revenu national moyen, selon des données présentées lundi par la Commission européenne. Le taux oscille entre 9 ou 10 % (Suède et République tchèque) et 21 % (en Lituanie et Pologne). En 2006, près de 10 % des citoyens adultes de l’Europe des Vingt-Cinq en âge de travailler (soit les citoyens non étudiants âgés de 18 à 59 ans) vivaient dans des ménages exclusivement composés de personnes sans emploi. Les chiffres oscillaient entre moins de 5 % (Chypre, Luxembourg et Slovénie) et plus de 13 % (Pologne et Belgique). On relève des pourcentages similaires pour les enfants vivant dans ce type de ménage (9,5 % pour l’Union européenne dans son ensemble en 2006). Cependant, les familles avec enfants sont davantage concernées par cet état de choses dans certains pays que dans d’autres. La proportion d’enfants se trouvant dans cette situation varie beaucoup d’un État membre à l’autre : de moins de 3 % (Luxembourg) à 14 % et plus (Bulgarie et Royaume-Uni). Un tel environnement influe sur les conditions d’existence de l’enfant et sur l’évolution de son développement, en l’absence d’un modèle de rôle adéquat.

CARTOONeau

 

22:28 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pauvrete, societe, socialisme, economie, statistiques |  Facebook |

16/02/2007

 Vidéo et livre intéressants

Numériser0001

 


Le zoo, l’usine et la prison.

 

Un film, un débat, un livre.

Ce genre de film ne peut exister que par le bouche à oreilles des amis, des amis, des amis…

Comme vous verrez en fin de mail, il circule pas mal pour le moment

Venez donc le samedi 24 février à Cuesmes pour la présentation du livre « Une enfance d’en bas »

 

 

Vous cherchez un bon film engagé pour introduire un débat?

Jeunes "des quartiers" et travailleurs en lutte: même combat?

Enseignement à deux vitesses, insécurité, violences dans les écoles: pas de solution?

Et la solidarité dans tout ça?

 

Après la mort de son père à l'usine, Lila  (Safia Zellit) a connu une jeunesse difficile. 

A l'Atelier, elle rencontre Manon (Emmanuelle Ruelle), dix ans, espiègle et insouciante malgré la maladie qui guette.

L'usine ferme, les travailleurs luttent. Au piquet de grève, Lila reconnaît Dario, (Roberto D'Orazio) le délégué.

En face, des officiels projettent l'inauguration d'une prison

mais au bout de la nuit, des solidarités prennent forme....

 

Le zoo, l'usine et la prison n'est pas un xième film "noir" sur l'exclusion.

Rêve, poésie et tendresse sont au rendez-vous:

"En septante minutes, le film condense pas mal de problèmes de notre société, sans verser dans le misérabilisme

mais en dégageant une folle énergie de l'espoir" (Le Soir, 03/10/2005)

 

N'hésitez pas à nous contacter!

Possibilité de débat avec des membres de l'équipe du film.

Conditions très intéressantes: nous n'avons pas fait ce film pour gagner de l'argent...

Pour tout contact ou toute commande de DVD: Le Coron asbl 065/841901/ lecoron@hotmail.com
J-P Griez, scénariste et coréalisateur, est aussi l'auteur d'un livre  publié aux Editions du Cerisier, 

"Une enfance d'en bas", qui aborde la même problématique sous un autre angle. 

 

Soirée de présentation du livre : le Samedi 24 février à 18h30 rue du Cerisier n°20 à Cuesmes.

Ce serait très sympa si vous pouviez être là.

« Ce bouquin, c’est un peu comme un cri que je n’arrive plus à contenir, le cri de ces gamins et ces gamines que je croise depuis 20 ans, broyés par le système ou je ne sais quoi.

Et j’ai envie de me battre pour que d’autres l’entendent. A travers ce livre, à travers un film. »

 

Jean Pierre GRIEZ

Jean-pierregriez@hotmail.com  tél : 065/318508

 

Ps : si un malheur devait vous empêcher d’être là le 24, vous pouvez toujours vous racheter et acheter le livre, 10,80 euros, pas cher, et même le faire connaître…

A commander aux  editionsducerisier@skynet.be  tél : 065/313444

 

Prochaines projections/débat du film :

 

- le 14 février à 19H30 au Centre Culturel de Visé

- le 26 février à 14 H à l'Institut Cardijn de Louvain la Neuve
-
 le  1 mars à 19 H à la Maison de la Laïcité de Manage

- le 10 mars à 16 H au Centre Culturel de Rossignol
le 16 mars à 20 H à la Maison de la Laïcité de Binche 

- le 22 mars à 10H à l'Institut Technique Libre de Ath

- le 23 mars à 19H30 à la Maison de la Laïcité d'Engis

- le 24 mars à 20H au Centre Culturel d'Evere

 

 

"Le zoo, l'usine et la prison" est une coproduction de l'asbl Le Coron et du Gsara.

 

13:37 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Morale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, film, societe |  Facebook |

Autre blog

Allez voir aussi sur http://fr.blog.360.yahoo.com/blog-zb0A8zkwd6fmWLhEPXiQPA--?cq=1

12:43 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blog, lien, socialisme |  Facebook |

L'horreur impériale

9782930402048

 

"Auteur et orateur progressiste américain de premier plan, Parenti est éclairant et pénétrant et il n'a jamais peur de la vérité" - James Petras, professeur à la SUNY (New York).

Michael Parenti, ici traduit pour la première fois, nous offre un véritable manuel pour comprendre et combattre l'impérialisme américain en dix leçons:
1. Comment se réalise le processus de domination politique et économique?
2. Pourquoi la pauvreté et le sous-développement sont-ils le produit de l'impérialisme?
3. Qui sont les vainqueurs et les perdants de la construction impérialiste?
4. Que paie la population américaine elle-même pour les coûts cachés de l'impérialisme?
5. Comment les dirigeants américains empêchent l'opinion publique de comprendre que leur politique sert à favoriser les nantis?
6. Comment on fabrique des justifications pour faire accepter les interventions militaires à l'étranger?
7. Quels sont les prétextes des interventions militaires?
8. Comment les intérêts de l'Etat sapent la véritable démocratie?
9. Comment la propagande de guerre et les discours "humanitaires" de l'empire aliènent autant la population mondiale que le peuple des Etats-Unis?
10. Comment sont discriminés les intellectuels progressistes dans les universités américaines?

 

Voir sur:  http://www.epo.be/editions/presentation_livre.php?isbn=97...

Colophon:

isbn: 9782930402048 · 2004 · pb (12,5 x 20 cm) - 256p.
Titre orig.: Against Empire - traduit de l'américain par Serge Deruette

Ce livre est aussi publié en néerlandais - au livre néerlandophone

12:38 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Economie-politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : imperialisme, socialisme, horreur, domination, mondialisation |  Facebook |

14/02/2007

 Lien vers autre blog intéressant!

Vas voir aussi là-dessus camarade!

http://fr.blog.360.yahoo.com/blog-zb0A8zkwd6fmWLhEPXiQPA-...

15:46 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lien, blog |  Facebook |

12/02/2007

Les causes de la défaite voulue de 1940!

Le choix de la défaite

 

Cliquez sur  http://www.dailymotion.com/worldhistoria/video/xztbh_le-c...

 

Quelles sont les causes de la défaite française de 1940 ? Comment comprendre l’engagement des banquiers et industriels dans la " collaboration économique " avec les Allemands entre la défaite et la libération de Paris sans s’interroger sur la phase précédente ? Les classes dirigeantes françaises ont-elles planifié dans la décennie 1930, comme leurs homologues belges guidées par la Banque nationale de Belgique, l’occupation prochaine de leur pays par l’Allemagne de Hitler ?

 

À la lumière d’archives françaises et étrangères, pour la plupart jamais encore dépouillées, Annie Lacroix-Riz revient sur les origines de Vichy. Un essai très engagé, qui bouleverse notre connaissance de cette période de l’histoire de France et au-delà, des relations internationales. Cet ouvrage défend la thèse que les hommes de Vichy ont préparé leur arrivée au pouvoir et que la transformation des institutions, rendue nécessaire par la crise, passait par la défaite française. L’ouvrage montre ainsi, dans une approche nouvelle, que les causes de l’Occupation sont avant tout intérieures. Il aborde la question de la nature des actions menées de 1933 à 1939 en faveur de l’axe Rome-Berlin. Surtout, il met en exergue le caractère déterminant de l’économie dans le fonctionnement de la société française des années 30.


DVD original disponible sur : www.historiographie.info

15:31 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Médiamensonges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, nazis, vichy, 1940, guerremondiale |  Facebook |

Vidéos "en ligne" intéressantes!

Le mythe de la bonne guerre

 

Cliquer sur http://www.dailymotion.com/video/x10hfx_le-mythe-de-la-bonne-guerre

 

La vérité sur les OGM ?

 

Cliquer sur http://video.google.fr/videoplay?docid=-8996055986353195886

13:45 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, ogm |  Facebook |

11/02/2007

La vérité sur ce qui se passe en Irak!

Le film « Rêves »  de Mohamed Al Daradji.

 

Samedi 10 février a eu lieu à Mons la diffusion « en première » du film « rêves » (Ahlaam), Le film de Mohamed Al Daradji est un des rares longs métrages à avoir été tourné au cœur de la Guerre en Irak. Après la libération du pays, de Saddam Hussein, le réalisateur retourne sur sa terre natale où il trouve un chaos déchirant et de nombreux patients psychiatriques à soigner.bush_down Réalisé dans des circonstances très dangereuses et menaçantes, Rêves retrace l'histoire d'une jeune femme, Ahlaam, qui, lors de l’explosion d’une bombe le jour de son mariage, se retrouve seule dans les rues, en proie aux multiples dangers.

 

La séance a été suivie d’un débat auquel a participé activement Mr Michel Collon (vous pouvez voir le lien vers son site dans la catégorie correspondante,  dans la colonne de gauche de ce TERREUSAblog).

 

Une fois encore, une importance toute particulière a été portée sur le fait des mensonges perpétrés non seulement par les médias Américains, mais également les Européens, qui ont une propension à s’aligner sur leurs cousins d’outre-Atlantique.

 

Il a été rapporté dans ce débat :

 

-          Le véritable but de cette guerre est une véritable invasion coloniale d’un pays possédant des richesses naturelles non négligeables, en l’occurrence le pétrole.

 

-          Les prétextes invoqués pour cette invasion, donc la possession par l’Irak d’armes de destruction massive et la libération d’un peuple oppressé par la dictature de Saddam Hussein n’ont été qu’un leurre, un mensonge destiné à nous ‘endormir’, nous faire accepter, ou plutôt nous imposer la mainmise des USA, non seulement sur ce pays, mais il est bien évident que les States veulent être les maîtres du monde !

 

-          Il n’y a aucune guerre civile, quoiqu’on essaie de nous le faire croire par les médias actuellement. Les musulmans à tendance chiites et ceux à tendance sunnites ne sont aucunement en conflit ; certaines familles sont par ailleurs issues de couples originaires de ces deux tendances ; vous pensez bien qu’ils ne vont pas s’autodétruire au sein même de leur propre famille !!

 

-          Les attentats perpétrés sont tout bonnement orchestrés (donc dirigés intentionnellement) à seule fin de meilleure domination du peuple Irakien par les Etats-Unis ; tout simplement en appliquant le précepte « diviser pour mieux régner », il suffit de comptabiliser le nombre de victimes chez les Irakiens, en comparaison avec celles des soldats envahisseurs.

 

-          Les soldats US s’enlisent dans cette guerre, tout comme ils l’ont fait au Vietnam, leur désir est de se retirer, mais non sans y pratiquer la politique de « la terre brûlée », c’est-à-dire que, lors de la guerre du Vietnam par exemple, les Américains se sont retirés en y créant de nouveaux conflits, de nouvelles divisions (Laos, Cambodge), rejoignant de nouveau l’application du précepte « diviser pour mieux régner », il est utile de savoir toutefois que le chaos engendré ne sera profitable par  après qu’à ces Américains, et dans une moindre importance leurs alliés.

 

-          Les Irakiens sont les plus grandes victimes de cette invasion, car s’il n’est pas faux que Saddam Hussein n’ait commis d’actes répréhensible envers une minorité de son peuple, ce n’est rien en comparaison de ce que vit la population Irakienne entière depuis 2003 (il suffit de voir les victimes journalières de ces soi-disant attentats, ce sont Mr et Mme tout le monde, des gens comme vous et moi); alors qu’à contrario, l’un des buts supposés de l’occupation Bushienne est d’instaurer la démocratie, un comble lorsqu’on constate la véritable boucherie dont il est l’instigateur. Mais là aussi, ce qu’il faut préciser, et dit lors du débat, G. W. Bush n’est pas le seul à qui il faut faire porter le chapeau, car il faut savoir que lui-même est dominé par les financiers, les pontes, les grands patrons, bref le « grand capital » Américain ; un peu comme la politique chez nous est dominée par cette même classe minoritaire patronale !

 

Enfin et pour conclure, il est des plus utiles de voir absolument ce film (Rêves –Ahlaam- de Mohamed Al Daradji) afin de se rendre compte du véritable but, de ce que l’on nous cache depuis toujours, de cette boucherie, de ces atrocités « à l’Américaine », et d’en parler le plus possible afin de rétablir cette vérité si bien cachée par nos médias occidentaux.

 

LADEMOCRACYARRIVEAFALLUJAH

 

15:01 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Médiamensonges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : irak, democratie, usa, colonisation, mondialisation |  Facebook |

 Questions sur la domination mondiale par les USA!

CARTOONBushmaximoprofit

 

Questions cruciales et fondamentales:

- Va t'on encore (*) longtemps jouer le rôle de "corne d'abondance" pour les Etats unis?

- Les USA sont de véritables prédateurs pour le reste du monde, mais eux-mêmes sont menés, comme partout, par les grands patrons, les multinationales, "le grand capital". Karl Marx voit véritablement la classe destinée à renverser l'ordre des choses, la classe révolutionnaire, chez les ouvriers (ou plus précisément tous ceux qui ne font pas partie de la classe dominante); comment se fait-il que les Etats Unis eux-même ne font pas l'objet d'un soulèvement révolutionaire de SA classe ouvrière?

 

(*) Tous les pays du tiers-monde, les pays exploités, les pays faisant l'objet d'une guerre de "colonialisme" par les USA, les pays occidentaux voulant rivaliser avec les USA.

04:46 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usa, domination, mondialisation, socialisme |  Facebook |

05/02/2007

 Choix évident!

Dans la multitude de formations dites « de gauche », l’électeur, le citoyen, ne sait pas facilement se situer, la diversité induit en erreur pas mal de gens désireux de voir s’améliorer leur condition ou tout bonnement ne plus la voir se dissoudre par le magma néolibéral actuel.

 

Il est évident de constater une tendance généralisée « à droite » des différents partis sociaux-démocrates partout en Europe, malgré l’appel lancé par certains en faveur d’une Europe plus sociale, c’est un leurre de croire à tel langage puisqu’il ne fait aucun doute sur les intentions de la plupart de nos gouvernants, manipulés par le patronat. Le répéter est certes inutile pour les convaincus, mais prouver cette manipulation sans en venir directement aux conclusions ferait réfléchir pas mal d’hésitants. La tromperie est une des armes de la politique, et non des moindres ; après tout le contenu du nom de parti N.S.D.A.P. Allemand (1920-1945), ou parti nazi comportait lui aussi l’appellation ‘socialiste’ (le S. de National Socialist Deutsche Arbeit Parti, ‘arbeit’ voulant dire travail), et donc le parti d’Hitler lui-même exerçait cet amalgame afin de mieux capter les faveurs du peuple, la pression physique par les S.A. et la manipulation mensongère du chef de parti en sont d’autres incitants à imposer cette politique. Je n’irai pas jusqu’à comparer les partis « socialistes » avec le nazisme, mais avouons qu’ils en possèdent quelques similitudes, entre-autres l’endoctrinement imposé de leur histoire, révisée et tournée à leur avantage exclusif, contradictoirement aux faits réels et à leurs vraies motivations ; lesquelles nous ramèneront indubitablement à leur soumission à la bourgeoisie.

 

Telle une religion, idéalisée et vouée au culte du « Dieu-Pognon », la bourgeoisie domine la plèbe au plus profond des âmes de leurs croyants, leur donnant à rêver qu’ils puissent un jour eux aussi accéder à cette situation de riche-puissant-dominateur ; menteurs et manipulateurs profitant pleinement de l’incrédulité, de la naïveté du peuple et de se repaître dans leur immense bassesse ; l’humble dominé par le mécréant, le modeste exploité par la gigantesque démesure du fou-bourgeois.

 

Il n’est pas rare d’entendre le peuple faire les mêmes commentaires pré-électoraux du genre défaitiste bien avant l’acte lui-même, relativisant négativement l’issue du scrutin ; prédisant à l’avance les résultats médiocres de par les similitudes avec les anciennes élections ; « çà ne sert à rien de voter, de toutes façons ce seront les mêmes qui repasseront ! » ; « que l’on vote pour Pierre, Paul ou Jacques, bleu, vert, rouge ou orange, ce sont toujours les mêmes politiques et les mêmes façons de nous plumer ! » ; cette dernière n’est pas tout à fait fausse, mais la raison seule manque aux gens, bien mal informés des buts réels des partis sociaux-démocrates ; les soi-disant partis traditionnels démocratiques. Car nous ne vivons pas, en Europe, dans des pays démocratiques, mais bel et bien dans la dictature de l’argent et du pouvoir, la dictature néolibérale, la dictature du patronat et des actionnaires, la dictature de la bourgeoisie !

17:12 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Philo Marxiste-léniniste | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : socialisme, social, politique, philo, marx, lenine |  Facebook |