25/03/2007

Marx et Engels, toujours actuels.

Le plus formidable défi à l’histoire.

L’économie est le fondement de toute société. Marx a entrepris l’étude des lois fondamentales de l’économie capitaliste et a montré que ce système doit périr à cause de ses contradictions internes. En détruisant les rapports de production féodaux, la bourgeoisie a fait œuvre révolutionnaire. Elle a initié un développement sans précédent des forces productives et de la science. Mais ce développement reste enfermé dans le carcan des intérêts égoïstes de la bourgeoisie. La propriété privée des grands moyens de production entraîne cette loi inévitable : le capital ne fonctionne et n’engage des prolétaires qu’à condition de rapporter des bénéfices conséquents. Les forces productives sont enfermées dans ce carcan. Pour cette raison, le capitalisme « progresse » nécessairement au travers de crises économiques destructrices et de guerres d’extermination. Les crises et les guerres sont les signes extérieurs qui montrent que le système social bourgeois a fait son temps, que le développement des forces productives et de la science ne peut pas se faire de manière « humaine » dans le cadre capitaliste. Sa nature fondamentale fait du capitalisme monopoliste un système barbare, criminel et inhumain. L’humanité ne peut échapper aux affres d’une existence inhumaine, à ce cycle de guerres et d’exterminations de masse, à cette agonie qui se prolonge à l’infini, sans détruire en même temps le carcan qui enferme les forces productives. Ce carcan fait des instruments de production des monstres dévorant ceux qui les mettent en œuvre. La révolution socialiste n’est pas une alternative pour les travailleurs, elle est la condition de la survie de la toute grande majorité de l’humanité.

Cette idée a été élaborée dans Le Capital, l’œuvre la plus importante de Marx, qui a bouleversé la science économique. Marx l’a écrite pour que les travailleurs se battent avec une plus grande conscience contre le dernier système d’exploitation et pour qu’ils acquièrent une confiance inébranlable en leur inévitable victoire. Le Capital est la plus importante œuvre scientifique jamais écrite pour contribuer à la libération de l’humanité tout entière.

Depuis la contre-révolution en Union soviétique, il est à nouveau de bon ton d’affirmer que le marxisme est dépassé. Mais aussi longtemps que la propriété privée des moyens de production et le marché libre subsisteront, les théories de Marx garderont toute leur actualité.

Tant que la grande majorité de l’humanité sera soumise à une minorité d’exploiteurs, elle subira l’histoire au lieu de la construire consciemment. Le triomphe définitif du socialisme sera le début de la véritable histoire humaine.

Marx et Engels ont grandi au moment où la production capitaliste dominait déjà l’Angleterre et s’implantait rapidement en France, puis en Allemagne. Ils ont compris que la science, la technologie, le machinisme sont des forces révolutionnaires qui bouleversent sans cesse la société. Ils ont pu analyser la première crise générale en 1825 et ont été témoins de celle qui frappait tous les pays capitalistes en 1847.

Marx et Engels seront les témoins des premiers affrontements de classes entre patrons et ouvriers à partir des grèves de Lyon en 1830. Pour la première fois dans l’histoire, les ouvriers commencent à formuler les intérêts fondamentaux de leur classe, opposés aux intérêts de toutes les classes exploiteuses. Au cours de la Révolution française, les ouvriers en étaient encore réduits à se battre pour des revendications qui profitaient essentiellement à la bourgeoisie.

À partir de ce matériel encore rudimentaire, Marx et Engels ont été capables de découvrir toutes les lois et toutes les contradictions de la société capitaliste qui déterminent son existence jusqu’à sa destruction. C’est une œuvre de génie.

Le mode de production capitaliste, limité à un petit coin du globe en 1847, a pénétré dans les endroits les plus reculés de la planète. La concentration des capitaux a pris des proportions gigantesques. Pratiquement tous les traits du capitalisme que Marx et Engels ont esquissés, se dessinent aujourd’hui avec une force incommensurable à l’échelle mondiale.

Extraits, par Ludo Martens

 

03:13 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Philo Marxiste-léniniste | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marx, engels, socialisme, communisme, philosophie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.