20/06/2007

Des leçons à tirer de la défaite du PS lors des législatives de juin 2007

 Elections du 10 juin:


Echec du Parti Socialiste ou une juste conséquence de sa politique néo-libérale?


La progression du libéralisme dans notre pays aura des conséquences fâcheuses sur le système social. Certes, le Parti Socialiste ne s'est pas assez opposé à ce phénomène lorsqu'il était au pouvoir; et donc en vingt ans de participation du PS/SPa à notre gouvernance, nous pouvons malheureusement faire le constat d'une perte de nos acquis sociaux, alors que ce parti était censé les protéger, les maintenir et même les améliorer.


Sa tendance libérale privilégiant le patronat, l'échec cuisant essuyé par ce parti socio-démocrate lors du dernier scrutin en est la conséquence principale; les affaires de corruption carolorégiennes n'en sont qu'une raison secondaire; pour confirmation il suffit de voir les résultats en Flandres où le SPa a chuté considérablement alors qu'il n'y avait pas de scandale de ce côté-là de la frontière linguistique. Il faut se rendre à l'évidence, car de l'avis même des militants à la base du PS, celui-ci n'était plus un parti socialiste! Une cure d'opposition ne lui fera donc que le plus grand bien, surtout si la conséquence en est un changement de ligne politique orientée plus à gauche (on peut toujours rêver). Mais on ne change pas comme çà ce qui est installé depuis des décennies, voire depuis le début, il y aura toujours plusieurs mouvances dans ce parti et la tête dominante sera toujours à la botte du patronat!


D'anciens militants du PS ont décidé de claquer la porte à ce parti ambigü, sans ligne philosophique, pour rejoindre un mouvement plus "à gauche" et avec le recul, l'expérience de ce changement, la plupart d'entre-eux peuvent effectivement constater que les militants qui se trouvent à la base du PS et se disant "de gauche" n'ont pas leur place dans ce parti, car ils ne sauront jamais changer une ligne politique qui s'est installée depuis près de 120 ans!

Numériser0001

Parenthèse; à lire ABSOLUMENT:

"La vie en rose" de Serge Deruette et Kris Merckx; en vente aux éditions EPO pour seulement 2,5€, http://www.epo.be/editions/presentation_livre.php?isbn=97...

 

Pour conclure, le choix de nos idées nous appartient en propre, c'est sûr, mais la politique qui s'en rapproche le plus n'est pas forcément appliquée dans le parti où l'on se trouve; et donc, il est parfois bon de se remettre en question et de pouvoir faire le bon choix, même après les élections et s'intégrer dans un parti dont la philosophie se rapproche le plus à nos attentes.

12:26 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elections, socialisme, gauche, politique, philosophie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.