05/09/2007

Encore et toujours Demotte, l'antisocial!

Visible sur  http://demotte.wallonie.be/site/Textes.asp?DocID=516&v1ID=&RevID=&namePage=&pageParent=

Rudy Demotte présente son Pacte social pour la Wallonie [29/08/2007]

Rudy Demotte a présenté son Pacte social pour la Wallonie. Il estime que pour "mettre les Wallons au travail", la paix entre patrons et syndicats est nécessaire.

 

"Il faut un nouveau pacte social wallon, liant mouvement syndical, patronat, responsables publics", estime Rudy Demotte. Se référant à l'accord obtenu à Charleroi dans le cadre du dossier Ryanair, le ministre-président wallon estime par ailleurs qu'un "délai minimal à respecter avant d'entreprendre des actions de type grève semble être une dynamique qui pourrait être étendue à d'autres secteurs". "Le principe d'une grève sauvage est un type d'action à proscrire dans une Région qui s'attache à réussir son redéploiement économique", avance-t-il. Il pense que pour les investisseurs, "notre Région pâtit encore de son image gréviste". Il attend également du patronat qu'il considère les syndicats comme son premier partenaire et qu'il s'engage dans un processus de concertation sociale plus important. "Je souhaite des engagements forts tant en ce qui concerne la qualité des contrats, les salaires ou encore la formation". Rudy Demotte prévient: "Je serai un ministre-président de terrain. J'irai partout où les choses bougent en Wallonie, habité par une obsession quasi monomaniaque".

 

Analysons un peu mieux ce texte :

 

Il dit que « pour "mettre les Wallons au travail", la paix entre patrons et syndicats est nécessaire. », doit-on entendre par là que:

1°) Les Wallons ne travaillent pas ? Que sont-ils alors ? Des fainéants ?

2°) La paix est nécessaire (?), or, trouvez-vous qu’il y ait encore beaucoup de grèves actuellement ?

3°) Que peut-on comprendre à propos de "paix entre patrons et syndicats" ? Les travailleurs devront complètement "fermer leur gueule" et se soumettre complètement aux volontés du Patronat et des actionnaires ?

 

Il dit que "Il faut un nouveau pacte social wallon, liant mouvement syndical, patronat, responsables publics", cela veut-il dire que:

1°) Les pactes étant une imposition des volontés du patronat aux travailleurs, ces derniers seront davantage muselés par des réglementations strictes et abusives ?

2°) En précisant "mouvement syndical", le syndicat servirait à quoi ? Il ne servirait plus que d'organisme de paiement aux chômeurs ? (oh! Pardon, les "travailleurs sans emploi").

 

Il dit qu'un "délai minimal à respecter avant d'entreprendre des actions de type grève semble être une dynamique qui pourrait être étendue à d'autres secteurs". "Le principe d'une grève sauvage est un type d'action à proscrire dans une Région qui s'attache à réussir son redéploiement économique", Ce qui confirme que:

1°) Ca sous-entend: "Syndicats, fermez vos gueules et laissez-nous faire, c'est nous qui décidons" ?

2°) Sachant qu'une grève est toujours un acte sauvage, car ressentie durement par les travailleurs privés de leur salaire, ce moyen de lutte est toujours le dernier recours lorsque des négociations n'aboutissent pas; cela veut-il donc dire que le patron aura beau jeu car toute négociation ne devra plus être nécessairement sanctionnée par un mouvement de grève ?

 

Demotte, n'oublies surtout pas ton tablier BLEU lorsque tu te rendras partout où les choses bougent, comme pour tous tes copains du PS!

01:35 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : demotte, antisocial, droit_de_greve, exploitation, liberalisme, actualite |  Facebook |

02/09/2007

A nos futurs dirigeants.

A nos futurs dirigeants :

De réformes en réformes, la Belgique s’est bien transformée depuis un quart de siècle, sous prétextes d’évènements extérieurs à notre pays, non seulement le pouvoir d’achat du peuple a bien diminué, la pauvreté a augmenté, les riches d’antan sont devenus des méga-riches.

Actuellement, 10% de la population se partagent 50% des richesses du pays. Et les négociations actuelles dans le « loft-Val-Duchesse-accadémy » n’ont pour but que de trouver un meilleur moyen de plumer encore d’avantage les moins nantis.

La révision de la constitution, la scission de certains pouvoirs fédéraux ne favorisera qu’une certaine « élite » de notre pays déjà si petit et affaiblira le peuple entier, la diminution du nombre de chômeurs par un contrôle accru qui aboutira à des exclusions massives et à une précarisation plus grande de la couche déjà pauvre du peuple. Les mesures antisociales que vous nous concoctez serrera encore plus la corde occupée à nous pendre. La privatisation des services publics supprimera encore d’avantage une garantie d’emploi à une majorité des travailleurs, pour le plus grand profit des actionnaires.

Descendez dans la rue et mêlez-vous aux gens d’en bas, faites un bon stage de précarité, vous aussi, ensuite vous pourrez vous enfermer dans vos salles de réunions et établir ce qui est le mieux pour ceux que vous êtes occupés à condamner actuellement !

Lorsqu’on ne vit pas la misère, on ne peut pas bien la comprendre.

Programmer une régression sociale est très aisé, pour des gens comme vous, aux idées alimentées uniquement par le lobbying patronal et l’actionnariat.

Faites de la politique pour tout le monde, s’il vous plaît !

Alex Pozetti

30/08/2007

Pauvre PS, tu n'as plus de socialisme que le nom!

rudy02

De François F., Liège, le 30 août 2007 : 

Bonjour, 

Voici la lettre ouverte que j'ai écrite ce matin à Demotte. Elle est publiée sur le bog de sud presse, sur rtl info et sur mon blog perso. Je l'ai aussi envoyée à 5 quotidiens francophones. 

Lien RTL info : http://www.rtlinfo.be/news/article/28311/0/?#BLOC_show_co...

Lien Sud presse : http://blog.sudpresse.be/redaction/2007/08/29/3785/#comme...

Blog perso : http://lesgensdabord.skynetblogs.be/ 

"Lettre ouverte à M Demotte", 

Cher M. le ministre-président, 

A la question "C'est du libéralisme, ça?" vous répondez "Je suis un socialiste moderne".

J'y vois un superbe aveu de la position actuelle du PS : abandon des travailleurs au profit du grand capital. Je ne vois dans votre pacte aucunes mesures d'améliorations pour ceux qui travaillent et qui contribuent à la sueur de leur front à enrichir vos camarades capitalistes.

Vous êtes pour limiter le droit de grève alors que votre propre parti à construit toute sa puissance, dans le passé, sur le combat des travailleurs "grévistes". Un peu d'histoire : Savez-vous combien de travailleurs belges (à ce moment-là nous étions encore unis) sont morts dans les rues et au piquet de grève pour arracher les acquis sociaux et de démocratie qui ont fait de vous un ministre-président?

La grève, M. Le ministre, est le garant ultime des libertés. Savez-vous que la première chose interdite par Hitler et Mussolini fut justement la grève. Depuis 1973, date du 1er choc pétrolier, date à laquelle il y avait 80000 chômeurs, les travailleurs ont subis mesures d'austérité sur mesures d'austérité et le résultat est que nous avons maintenant 600.000 chômeurs et 13 % des belges vivent sous le seuil de pauvreté.

Il est clair que "se serrer la ceinture" ne concerne que ceux qui alimentent le gâteau de la richesse et non ceux qui le mangent. Le leitmotiv actuel est "des riches toujours plus riches et des pauvres toujours plus pauvres". A la force de diminuer le pouvoir d'achat des travailleurs, il viendra le moment où nous ne pourrons plus acheter les biens produits et ce sera la crise profonde avec les pires conséquences pour les travailleurs. A terme cette politique n'est plus tenable. Nous, les travailleurs, nous savions depuis longtemps que les libéraux favorisaient le grand capital et maintenant, nous savons que les socialistes aussi. Toucher au droit de grève, quelque soit sa forme, est une atteinte profonde aux libertés démocratiques et un oubli inacceptable aux générations de travailleurs qui se sont battus pour les acquérir. Je suis sûr qu'ils doivent se retourner dans leurs tombes. Il y a cent ans, les travailleurs n'avaient aucuns droits, avec vous, nous sommes sur le chemin pour perdre ce qui nous restent d'acquis sociaux et démocratiques.

"Qui ne connaît l'histoire est appelé à la revivre". Et si vous pensiez aux gens d’abord, avant le profit …" 

Avec mes amitiés combatives,François

François F. 


Au cas où vous auriez des difficultés à accéder à l'interview de Demotte, cliquez sur http://www.archive-host2.com/membres/up/1469707911/Demott...


15:54 Écrit par Socialisme-Solidarit dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : politique, syndicalisme, socialisme, actualite, greve |  Facebook |